Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Trainland

Saint-Dié des Vosges

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Trainland Saint-Dié des Vosges

Transcription :

Saint-Dié c'est donc dans les Vosges, la ville en est même la capitale. Nous sommes dans l'est de la France non loin de l'Allemagne, de la Suisse ou encore de la Belgique, d'où sans doute la vocation très internationale affirmée par Train Land dès son ouverture.

Le musée a été créé par 3 amis, collectionneurs de trains chacun de leur côté, que les hasards de la vie ont fini par faire se rencontrer. Lassés de parcourir le Grand Est avec leur matériel et leurs réseaux à présenter ici et là dans de multiples manifestations imposant autant de montages et de remontages de leurs maquettes, l'idée leur est venue de créer un lieu d'exposition permanent. L'opportunité de disposer d'un ancien local commercial s'est présentée à Saint Dié des Vosges : le projet Train Land allait enfin pouvoir être mis sur les rails.

Daniel Fusilier, Claude Charaud et Jean-Pierre Muntzer créent alors l'association le Cercle du Modélisme Déodatien, et investissent les lieux. Il faut bien sur quelque peu les transformer pour que ce local qui hébergeait jusqu'alors un commerce soit adapté à sa nouvelle vocation. Ce sera l'objet des premiers travaux réalisés à l'automne 2015. Puis la priorité sera d'installer la pièce maîtresse du musée, ce grand réseau et ses trois châteaux, évoquant la Suisse et l'Autriche dont le concepteur Raymond Tabary est décédé. L'envie de sauver cette création est même pour beaucoup dans la création du musée. Reste qu'il faudra aller la chercher chez son créateur, la découper pour pouvoir la transporter et la remonter dans le musée. Ce qui fut loin d'être une mince affaire lorsque l'on sait que la montagne à elle seule, réalisée dans du pur granit des Vosges, pèse plus d'une tonne.

On a démarré le musée au mois de septembre 2015, on a mis 4 mois pour remonter déjà le réseau de la Suisse-Autriche, où on a reconstitué pratiquement à l’identique ce que la personne avait pensé, puisque la personne était dans son rêve de château bavarois, Suisse-Autriche. Lui aimait uniquement faire de la peinture, son hobby c’était la peinture, et la deuxième personne, qui était un minutieux du bois et de la construction de maquettes, c’est vraiment dans son jus, c’est une maquette vraiment unique et magnifique. Les toits sont fabriqués avec des sucettes d’esquimaux, donc des milliers de sucettes d’esquimaux collées les unes à côté des autres pour en faire la toiture. 25 ans de travail, 17 points de peinture pour faire une fleur, c’est vraiment quelque chose d’unique, c’est un grand merci à la famille.

La famille qui a confié cette maquette en prêt au musée.

Train Land, c'est aussi l'histoire du chemin de fer réel et miniature, au travers de quelques maquettes et vitrines statiques, mais surtout de réseaux animés. Une exposition qui se veut à la fois pédagogique et ludique.

Nous voici ici aux origines du train jouet. Certaines des pièces présentées datent de 1890, la plupart sont rares voir uniques. Elles sont issues des collections personnelles des trois créateurs du musée ou ont été confiées à l'association par leurs propriétaires, qui plutôt que de les laisser dormir dans des boites, ont préféré les voir mises en valeur ici.

Il y a du JEP, il y a du Hornby, des années 20, des années 30, des boîtes qui sont dans leur jus, on peut dire, vraiment des caisses qui n’ont jamais fonctionné. On a même un boîtier ou on a encore la lampe de 110 volts, on transformait le 110 à travers cette lampe-là pour en faire du 30 volts. C’était vraiment du matériel de haute qualité pour du matériel de 1900, 1890 même, on a vraiment des belles pièces.

Avec le temps, des pièces qu'il devient bien sûr de plus en plus difficile à trouver. Et pour le collectionneur à l'affut de l'objet qui lui manque la chasse se fait maintenant à l'échelle mondiale, et sur internet.

Toutes les époques sont représentées à Train Land, et aux côtés du réseau 1900, se trouve une maquette emblématique des grandes heures de l'ère industrielle. L'Allemagne en est le fer de lance, avec cette impressionnante raffinerie de pétrole. L'activité y est intense et les trains se faufilent à l'intérieur des installations. Une effervescence, qui n'est pas sans provoquer certaines tensions parmi les membres du personnel.




Le réseau est contrôlé par une commande numérique. Les locomotives sont sonorisées, celles à vapeur crachent de la vraie fumée. Pour leur ravitaillement une mine de charbon tourne à plein régime. Des wagonnets évacuent la production vers le dépôt. Sur une plaque tournante, l'une d'entre-elles s'apprête à prendre du service.

Il nous suffit juste de nous retourner pour nous retrouver instantanément dans un tout autre univers. Le Far-west, avec ses bâtiments, ses locomotives et ses wagons si caractéristiques. L'éolienne et l'incontournable pont en bois n'ont pas été oubliés. Pour ajouter une petite touche d'humour, chaque passage du train juste devant une école maternelle provoque les pleurs des enfants. Bon, pas sûr que l'on fasse d'eux de futurs passionnés de trains …

Train Land c'est un musée qui possède pas moins de 500 locomotives et s'étend à ce jour sur 500 mètres carrés. Les réseaux présentés vont de l'échelle Ho au 1/22ème ou au 1/43 ème en passant par le 1/32ème, mais les petites échelles devraient être prochainement représentées également dans le musée avec l'arrivée prévue de réseaux en N et en Z. Mais le prochain gros chantier qui devrait être lancé, c'est la création d'un nouveau réseau en Ho, une maquette d'une centaine de mètres carrés qui trouvera sa place dans un espace encore non exploité du local.

On va construire un réseau de 100 m² qui va représenter uniquement la France, surtout le nord-ouest, qui va représenter les plages du débarquement, avec ses bunkers, les plages du débarquement, et l’Angleterre avec le tunnel sous la Manche. C’est une construction pure que nous allons réaliser dans les mois qui viennent. On va avoir une mezzanine, le public va pouvoir admirer le réseau de 100 m², depuis une mezzanine qui plongera sur 100 m² de décor.

Et puis le musée devrait continuer à prendre de l'ampleur, avec un projet de réseau en extérieur, et peut-être d'une vraie locomotive qui pourrait être exposée sur le parking.

Avant de quitter les lieux, je voudrais encore vous présenter un réseaux ou deux, celui de Jean-Pierre que nous avions pu voir à l'exposition de Souffelweyersheim, il fait partie de ces modules qui après avoir pas mal voyagé d'expositions en expositions, a désormais trouvé sa place dans le musée.

Ou encore, ce très improbable réseau "spaghetti". Amusez-vous à en reconstituer le plan de voies, bon courage, vous avez 4 heures avant que je ne ramasse les copies.

Train Land est ouvert à la visite du mercredi au dimanche de 14 heures à 19 heures et il est possible de réserver pour une visite guidée.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Musée Trains Miniatures