Le réseau HO de Victor Achilli (Vic39)
  • Actuellement 498 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 73 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 187 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Le réseau HO de Victor Achilli

(Vic39)

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le réseau HO de Victor Achilli (Vic39)

Transcription :

Je me rends (à distance !), chez un Aiguillonaute qui a profité de sa période de confinement pour peaufiner son réseau. Victor Achilli habite en Franche-Comté dans le Jura pour être plus précis, et ce sont ces paysages et les trains qui y circulent qui ont inspiré la maquette que je vous propose de découvrir aujourd'hui.

Victor Achilli habite près de Lons-de-Saulnier, une petite ville qui compte pas moins de 2 clubs de modélisme ferroviaire dont il est adhérent.

Sa passion pour les trains réels et miniatures, Victor l'a doit sans doute à ses grands frères avec qui il a une grosse différence d'âge. Ce sont eux qui lui ont offert son premier coffret Jouef Champagnole. Comme chez beaucoup de passionnés, le train a commencé par rouler pendant quelques temps à même le sol devant être monté et démonté entre chaque session de jeux. Puis vint le temps d'un circuit fixé sur une planche et les premiers essais de construction de décors. Le modélisme ferroviaire, Victor rêvait de s'y mettre, à force de parcourir les revues spécialisées et de regarder des vidéos sur internet. Il y a 4 ans, il décide de se lancer et commence à construire les premiers modules de son réseau. Pour se faire aider et recueillir de bons conseils, il rejoint les deux clubs de sa ville, le Ledo-Rail et PN39. A la recherche du plus de réalisme possible, il s'intéresse également aux trains réels, qu'il s'en va spotter sur les lignes autour de chez lui, en particulier celle dite du Revermont qui traverse le Jura du nord au sud, en passant par Lons-le-Saulnier, et puis il rejoint l'association l'X28000 du Haut-Doubs, qui préserve l'un des autorails de cette série dans le département voisin. Sur le réseau que Victor est en train de construire, on reconnaît dores et déjà des éléments du patrimoine Franc-comtois.

J'ai vraiment représenté par exemple des morceaux de Franche-Comté comme le pont avec ses deux arches, le petit pont routier qui se trouve vers chez moi. Etant du Jura, j'ai la ligne du Revermont qui relie Belfort à Lyon en voie unique. J'ai voulu représenté ce paysage là. Ma gare porte le nom de deux villes Franc-comtoises, c'est la contraction de Montébéliard et de Dole, ça donne Monbedole. C'est toute une série de petits clins d'oeil à ma région. Sur le réseau les trains vont rencontrer des ponts, de la vigne avec des montagnes. Il y a du relief positif et du relief négatif, les trains passent sur un viaduc à deux arches. Il y a aussi un passage à niveau qui sera peut-être fonctionnel dans les années à venir. J'envisage une petite montagne aussi et puis cette grande gare avec des quais ou on peut mettre 5 ou 6 voitures avec la locomotive. On peut voir à côté de la gare 3 voies de garage ou on peut aussi s'amuser à faire des manœuvres avec des loco-tracteurs, des trains de marchandises, comme en vrai.

Le décor du réseau est encore loin d'être terminé, mais pour ce qui est de sa structure et de la pose de la voie, tout est en place, ce qui est essentiel puisque cela permet à Victor dores et déjà de pouvoir jouer, tout en continuant à peaufiner les détails de sa maquette. Sa fréquentation d'autres modélistes au sein du Ledo-Rail et de PN39 l'ont amené à s'essayer à différentes techniques, notamment pour la conception des bâtiments.

J'adore utiliser par exemple tout ce qui est polystyrène, dépron et puis cette matière assez souple, assez facile à travailler. Le calendrier, j'en ai déjà fais un petit peu, mais ce n'était pas facile au niveau de la découpe, je ne gère pas totalement. Donc, en effet, pratiquement tout mon réseau est en dépron et en polystyrène que cela soit le pont ou j'ai gravé toutes les pierres une à une avec un crayon, le pont routier, aussi. Tout ce qui est bâtiment voyageur. Je compte faire une petite halle à marchandise, et je vais surement la faire aussi en dépron avec du bois, et d'autres matériaux. Par contre la gare voyageurs, j'ai voulu l'acheter chez un artisan du coin, elle vient de chez Bois Modélisme.

Le réseau de Victor est installé dans une pièce d'une 10aine de mètres carrés, il mesure 3 m 30 par 2 m, c'est un quasi tour de pièce. Quasi, car une fenêtre et la porte s'avérant gênantes, la maquette ne touche pas tous les murs. Le réseau est modulaire, mais répond à ses propres normes. Il a surtout été conçu ainsi car Victor qui habite encore chez ses parents, sait qu'un jour, il aura à le démonter pour le transporter ailleurs. Autre chose, à laquelle il a pensé, c'est à ménager des accès aux câbles qui alimentent le réseau.

Au niveau de mes modules, pour simplifier, si j'ai un problème quelconque d'électricité et pour éviter d'arracher tous les décors, j'ai prévu deux petites trappes sur un module, celui qui est le plus bas, dans laquelle je peux intervenir facilement, si un fil était dessoudé ou autre. Une petite trappe que je tire. Le décor vient avec moi, et c'est plus facile d'intervenir.

Côté exploitation, et comme il ne disposait pas d'un très gros budget, Victor est encore étudiant, c'est par l'analogique qu'il a commencé, avant d'opter pour une centrale numérique adaptée à ses besoins.

C'est une centrale Multimauss de chez Rocco, au niveau du coût d'achat, c'était pas très cher, et facile à exploiter et puis surtout comme tu disais, un budget assez bas. Elle est assez simple d'utilisation, juste deux fils, on passe du continu à l'alternatif, et puis on branche, on programme un peu avec la télécommande, mais ça reste aussi simple et à la portée de tous, même si on trouve des tutos, ou des explications sur Internet, je dirais que c'est un peu plus faclie maintenant.
J'ai commencé mon réseau en analogique, parce-que j'avais beaucoup de matériel analogique, étant donné que j'ai un petit budget, j'ai acheté beaucoup d'analogique, j'ai commencé comme ça et puis petit à petit je suis passé au digital, avec une première locomotive achetée neuve, et en les améliorant, en passant mes locomotives analogiques au digital, je bascule doucement au digital. Mai voilà, mon réseau est fait pour être exploité en analogique et en digital.

Victor passera sans doute un jour à une centrale offrant un peu plus de possibilités, une Z21 par exemple, par il aimerait pouvoir faire rouler certaines de ses machines en UM pour reproduire des compositions qu'il voit passer sur les lignes de sa région et qui inspirent les circulations sur son réseau.

Je suis assez jeune, donc j'aime bien l'époque actuelle, c'est à dire que sur mon réseau on voit un peu de tout, on voit des machines diesels, des 67000 qui roulent encore sur certaines lignes. Beaucoup de corails, des autorails assez récents comme les 73500, d'ailleurs j'en ai amélioré deux pour les mettre aux couleurs de ma région. Comme je fais parti de l'association l'X2800 du Haut-Doubs, il y a forcément aussi un X200 qui tourne sur mon réseau. C'est vrai que je fais plus de l'époque actuelle, mais rien ne m'empêche de faire circuler un vapeur ou deux. Quand les copains arrivent, ils viennent rouler sur mon réseau, c'est volontiers qu'ils roulent avec moi.

Le réseau de Victor est dores et déjà fonctionnel, mais malgré le confinement et le temps qu'il a pu lui donner pour s'en occuper, Victor à bien conscience qu'il lui reste encore pas mal de chemin à faire pour arriver à la maquette dont il rêve.

Il me reste encore beaucoup de choses à faire. Je considère que j'ai fais à peu près 40% du boulot. Tout ce qui est électricité, même si j'ai commencé le décor, c'est bon. Il me reste à faire encore tout ce qui est passage à niveau, la montagne. Encore un peu de décor, mais au niveau des gros travaux, de la menuiserie, des la pose de la voie, ballastage tout ça, c'est fait ! Mais il reste encore pas mal de choses à habiller, à améliorer, et pourquoi pas, passer dans l'automatisation par exemple.

Prochains chantiers auxquels Victor pourrait s'attacher la montagne qu'il voit assez grande, sans être totalement démesurée et sur laquelle il installerait bien un village, et le passage à niveau, pour lequel il tâterait bien à quelques nouvelles technologies. L'impression 3D pour en concevoir les différentes pièces et les petits détails, et pourquoi pas, un petit arduino pour le faire fonctionner. De quoi aborder encore de nouveaux domaines de compétence auxquels le modélisme ferroviaire permet de s'intéresser. Pour faire partager sa passion de l'audiovisuel et du modélisme, Victor à créé une chaîne Youtube sur laquelle il raconte l'avancée de son réseau. Elle s'appelle Vic 39.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Echelle Ho