Vivariac un réseau de Jean-Jacques Bachoux
  • Actuellement 527 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 77 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 161 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Vivariac

un réseau de Jean-Jacques Bachoux

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Vivariac un réseau de Jean-Jacques Bachoux

Transcription :

Lorsqu’il se déplace en exposition Jean-Jacques Bachoux ne s’encombre que de deux valises. L'une d'elles contient les trains qu'il va faire rouler sur son réseau, et l’autre l’intégralité de la maquette. Dans ces rendez-vous du lundi d'Aiguillages, je vous présente la gare de Vivariac.

La gare de Vivariac, c'est un réseau à l'échelle HOm que Jean-Jacques Bachoux a créé avec l'aide de quelques uns de ses collègues du club Les Amis du Rail du Parisis qui se trouve à la Frette dans le Val d'Oise, en région Parisienne. Un réseau qui l'air de rien cumule pas mal de défis.

La première originalité de ce réseau, c'est qu'à la base il n'avait pour vocation que de servir de prototype pour la construction d'une maquette beaucoup plus grande envisagée à l'échelle IIm.

On avait un projet avec des amis, c’était de faire un réseau en IIM qui nous avait été inspiré quand François Fontana avait sorti le projet de l’applique. On c’était dit que ce serait bien de le faire en IIM. Donc ça a tourné dans nos têtes. On a fait des plans, on n’en a parlé et puis c’est toujours un peu resté lettre morte. Un jour j’ai dit bon bah, ça serait bien qu'on fasse une maquette comme on fait toujours une maquette au 1/10ème quand on fait un petit module. J’ai dit par contre la maquette au lieu de la faire au 1/10ème on va la faire au ¼, parce que 1/22ème au ¼ ça fait du HOm, et puis parce que si le réseau en IIm ne sort pas, ça nous fera au moins un module en HOm supplémentaire.
Ça nous a amené à ça, et comme j’ai voulu appliquer à ce réseau en HOm toutes les idées que j’avais pu avoir et que j’ai toujours d’ailleurs, sur la compacité nécessaire au transport d'un réseau en IIM, sur la légèreté, sur la mise en œuvre, j’ai voulu appliquer tout ça sur le réseau en HOm, au fur et à mesure que j’avançais, je me suis dit mais si je me débrouille bien tout doit pouvoir rentrer dans une seule boîte et du coup c’est devenu le défi : il fallait que tout rentre dans une seule boîte ce que j’ai réussi à faire enfin de compte
Une prouesse qui a supposé de bien penser chacune des composantes du réseau

Déjà il y a cinq potence alors qu'en HO trois auraient très largement suffit. Des potence qui sont entièrement repliables, qui sont tenus par des haubans, donc très légères, très minces, faciles à mettre en œuvre. Le fond de décor est souple imprimé, donc c’est un panoramique que j’ai fais dans les Pyrénées, imprimé sur une toile souple. Le bandeau est en toile souple. Tout l’habillage est en toile souple. Tout tient avec du velcro enfilé sur des fibres de carbonne. Tout est repliable très facilement. Le module en lui-même il va se ranger sous la coulisse qui se trouve derrière. Tous les éléments qui se replie trouvent place entre la partie supérieure de la coulisse et l’endroit où est rangé le réseau, et puis la partie inférieure qui sert de couvercle de transport, me sert de base pour pouvoir fixer toutes les supports parce que bien évidemment si en IIm ça tiendra à peu près debout tout seul en HOm, vu la diminution de poids et des masses, c’était beaucoup plus incertain donc il fallait quand même une base pour solidariser tout ça.

Même si la vocation de cette maquette était de servir de modèle à une autre réalisée à une échelle 4 fois plus grosse, elle a été traitée et décorée comme un réseau à part entière.

Je suis parti de voie Pecco comme d’habitude donc de la voie Pecco, mais il faut couper toutes les traverses, parce-que la voie Pecco a beaucoup trop de traverses, donc je coupe tous les séparateurs, je supprime les traverses et je remets une traverse … L'écartement c'était 80 cm pour un mètre de voie, donc je remets ça à peu près à l'écartement correct. Ça donne un peu plus de vie aussi parce-que les traverses on n'est pas obligé de toujours exactement parallèles donc ça donne un petit peu plus de vie Les aiguilles ce sont des aiguilles souples de chez Tillig en kit, qui du coup c’est pratique parce que là j’ai fait des symétriques, là j’ai fait une droite. La petite gare c’est une gare Architecture et Passion mais qui a été légèrement modifiée, parce que je manque de place. La remise, c’est une remise entièrement fabriqué carton, touillettes à café, toiture de chez Architecture et Passion, pareil le palan c’est construction maison, parce que malheureusement un palan en HOm, ça n'existe pas dans le commerce, et les murs de soutènement c’est du Redutex sauf pour le virage et puis le petit pont où là c’est de la pâte à modeler thermodurcissable avec une petite empreinte qui a permis de fabriquer les pierres. Le pont c’est construction maison, la plaque tournante c’est construction maison, circuits imprimé et letton. Le petit TCO il s'encliquète devant, directement sur les prises 25 broches. Ça se range derrière aussi. L’éclairage : deux rampes de leds doubles collées sur une cornière PVC, l’avantage c’est que ça m’a permis de mettre des leds ton froid et des leds ton chaud et inclinées à 45° ce qui veut dire que j’ai un éclairage qui est complètement croisé. Qui n’est pas direct en fait. J’ai rajouté une rangée de leds aussi en contrebas, de façon à éclairer le fond de décor qui se trouve écarté en fait, parce que là, mine de rien, quand je serai en IIm, ça me fera quand même gagner 10 cm sur le volume de transport, ce qui n’est pas négligeable, et du coup ça me permet d’avoir cette luminosité qui remonte du fond de la vallée et qui est extrêmement intéressante.

Le réseau est bouclé, et à l'arrière se trouvent les coulisses

J’ai cinq voies, pour l’instant il y en a que trois, mais il y a l’emplacement pour 5 qui normalement devraient être automatisées avec le bouton rotator qui se trouve sur le TCO et donc piloté par un moteur pas à pas piloté par un microprocesseur, peu être un arduino, c’est pas encore défini, mais bon pour l’instant il faut trouver la bonne programmation pour piloter tout ça.

Autre préoccupation de Jean-Jacques, bien positionner les découpes des modules de son futur réseau en IIm.

Dans le but du IIm, là j’ai un module de 1,20 m par 20 cm mais en IIM ça me fera quatre modules de 1,20 m par 80 cm. Donc là, en fin de compte, les modules ont été simulés, j’ai bien un module ici, un module ici, un troisième là et on voit bien que sur le premier module je vais avoir toute la partie sortie de gare, avec le petit pont, le petit ruisseau. Sur le deuxième j’ai mes trois aiguillages, qui vont rentrer, qui seront pile poil dedans, parce que couper des aiguillages c’est jamais très très bon, et puis ensuite sur le module quatre j'aurais ma remise, mon pont tournant et l'aiguillage de sortie, donc globalement ça tient la route. ça permet quand même de lever beaucoup beaucoup de problèmes que je pourrais rencontrer si toutefois le projet en IIm se fait. Il y a des jours on dit oui et puis y’a des jours on dit, c’est grand qu’est-ce que je vais me lancer dans cette histoire ! Mais bon il y a du matériel roulant qui est prêt déjà, après ça serait sympa de le faire rouler alors peut-être qu’on va faire les modules et une fois qu'on les aura fait on va décider d'aller jusqu’au bout.

Reste une question tout de même, pourquoi ce réseau s'appelle t'il Vivariac ?

L’explication c’est que pour gagner mes 10 cm de profondeur, je voulais faire une gare qui soit à flanc de colline, donc avec un mur porteur à l’extérieur, et donc tout le fond de ma gare se trouve avec un mur de soutènement. Et ça, c'était la gare de Vivario en Corse, pour ceux qui connaissent. Et puis, comme je manquais de place, la seule petite gare qui puisse c'était une gare Corrèze, donc Vivario en Corrèze, ça pourrait s'appeler Vivariac.

Et cette gare imaginaire de Vivariac est située sur la non moins imaginaire commune de l'Applique


C’est le petit clin d’œil à mon ami François Fontana puisque c’était l’idée d’origine qui était venue de ce qu’on avait découvert avec l'Applique.

Ce réseau Vivariac a été filmé lors du salon du modélisme de Aubiet. A l'image de ce reportage, dans Aiguillages dans les prochaines semaines faute de pouvoir vous faire des comptes rendus d'expositions qui par la force des choses ont été annulées ou vous proposer des reportages dont les tournages ont du être remis à plus tard, je continuerais à vous présenter chaque semaine deux sujets. Certains d'entre eux ont été tournés dans les dernières semaines, d'autres seront plus anciens. Ce sont des reportages qui pour la plupart n'avaient pas encore pu trouver de place dans le planning de diffusion du lundi ou du jeudi. A quelque chose malheur est bon, vous allez pouvoir enfin les découvrir. En attendant, portez-vous bien !

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Echelle Ho