Le réseau 0 du ModelSpoor Atelier de Oostkamp (Belgique)
  • Actuellement 527 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 77 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 161 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Le réseau 0 du ModelSpoor Atelier

de Oostkamp (Belgique)

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le réseau 0 du ModelSpoor Atelier de Oostkamp (Belgique)

Transcription :

Je retourne à Ghyvelde près de Dunkerque et de la frontière Belge, là où s’est déroulée la dernière édition de Quai 0, l’exposition est organisée tous les deux ans par le Cercle du Zéro, pour vous parler d’un club de modélisme ferroviaire et de son réseau qui viennent de Belgique plus précisément de Oskampt il s’agit du Model Spoor Atelier.
C'est un réseau à l'échelle 0 qui mesure plus de 26 mètres de long. A l'exposition Quai 0 2020, il était relié à celui du Rail Modélisme Coudekerquois, le RMC59 que je vous présenterais quand à lui d'ici quelques semaines dans Aiguillages. Bien que le club soit installé à Oostkamp près de Bruges, c'est une ligne imaginaire du sud de la Belgique que sa maquette représente prétexte à organiser des circulations internationales vers la France.

Ce sont des liens d'amitiés liés entre les deux clubs qui ont poussé le ModelSpoor Atelier a construire à son tour un réseau à l'échelle 0. Celui-ci est né à la suite d'une visite d'une délégation Belge dans les locaux du RMC59, et l'engagement fut pris alors qu'un jour, les deux réseaux pourraient être présentés en exposition, relié entre eux par une coulisse. A Quai 0, était ainsi proposé un réseau à double face, l'une étant française, l'autre Belge. Les trains passant de l'une à l'autre circulaient sous la responsabilité des membres du club d'Oostkamp sur la partie Belge et de Couderque Branche pour la Française, à l'image de ce qu'il pourrait se passer aujourd'hui dans la réalité, SNCF réseau d'une part et Infrabel d'autre part prenant en charge la circulation des trains sur leurs propres tronçons de voies, à une petite nuance près toutefois.

Itw Eddy Derenette 01

Disons que l’époque que nous représentons, c’est l’époque trois. Ce qui va après la deuxième guerre mondiale jusqu’en 1977. Infrabel n'existait pas encore, c’était la SNCB entièrement. Nous avons à cette époque là, la possibilité du diesel puisque c'est la fin de la vapeur. Pour ce qui est de la vapeur, nous avons le type 29 qui est en somme une machine, je ne sais pas exactement comment on les appelle en France, mais qui vient des États-Unis. C’est un modèle américain basé sur les locomotives que les Américains ont utilisé quand ils sont venus en Europe durant la dernière année de la deuxième guerre mondiale. Nous avons aussi, je ne sais pas ce qu’il y a en gare pour l’instant, pas grand-chose, les modèles armistice. La type 81, c’est donc la G8 allemande. Vous voyez rentrer maintenant une 93/06 qui est en somme un modèle aussi armistice, allemand, c’est une BR 91 et chez nous c’est donc la série 93. Ce que nous avons dû faire aussi, c’est voir ce qu’il y avait dans le commerce et ce qui était belgifiable. Les locomotives armistices c’était envisageable, et entre-temps il y a un artisan belge qui a créé des modèles diesels de machines de route en DCC. j’en ai construit une, j’ai aussi belgifié une gros nez et c’est ainsi que nous arrivons à notre matériel roulant
C'est à la suite d'un voyage dans le nord de la France que la décision de construire un réseau à l'échelle 0 a été prise, Eddy et quelques uns de ses collègues du club, se sont faits contaminés.

Itw Eddy Derenette 02

C’est grâce au club de Coudekerque-Branche, le RMC 59 que nous avons visité, et là j’ai attrapé le microbe du zéro. On était trois on s’est fait contaminer à trois et on trouvait que c’était une très belle échelle pourquoi parce que c’est un peu plus impressionnant question détaillage, mais plus exigeant aussi bien sur. C’est difficile à expliquer pourquoi justement l’échelle zéro, parce que les modèles en HO sont magnifiques aussi et si je vois le travail des gens qui travaille en HO c’est très admirable aussi. Nous avons commencé en 2000 avec les quatre premiers modules, c’est-à-dire la gare de Cabusart, et je pense que nous sommes déjà à la 38 ème exposition. Mais les autres parties comme la gare de Tanasse ont été construites plus tard, et le dépôt de locomotives a été aussi bâti plus tard. Donc c’était en plusieurs phases que nous avons agrandi le réseau.
Plusieurs des bâtiments que l'on peut y voir sont des copies de constructions existantes en Belgique, en revanche les gares de Tanasse et Cabussart n'existent pas, c'est à la littérature que ces gares doivent leur nom sur le réseau du Modelspoor Atelier.

Itw Eddy Derenette 03

Le nom de Cabusart et Tanasse provient d’un roman d’André Masson qui évoque la vie de Tannasse qui était quelqu’un qui travaillait dans la gare de Cabussart, fictive qui n’existe pas réellement et c’était donc le garde de la salle des pas perdus c’était celui qui devait contrôler les tickets on s’est basé là-dessus. La gare que vous voyez, le bâtiment de la gare c’est la gare de Oskamp le bâtiment de la gare de Oslamp. Plus loin vous avez un pont qui traverse le canal, ça c’est le pont de balle houken vers Maldegem. Il existe toujours.
Vous avez avant la gare de Tanasse la maison du garde-barrière. Un modèle spécifiquement belge aussi, la gare de Tannasses qui est d’une copie de la gare de Croix-Rouge, vous avez aussi la scierie qui est imaginaire, ainsi que la brasserie qui est aussi imaginaire.
Le réseau est complété par deux coulisses ou il est possible de manoeuvrer pour composer les rames qui vont y circuler. A Quai 0, un module technique permettait de le connecter au réseau du RMC59. Sa taille et le fait qu'il ait déjà été présenté de nombreuses fois en exposition, amène les membres du club à réinterroger sur son avenir

Itw Eddy Derenette 04

Ça c’est la question. Est-ce qu’on va avoir encore beaucoup d’occasions d’aller en exposition vu qu’on a pratiquement fait toutes les grandes expositions ? On a déjà été de nouveaux en exposition où on avait déjà été il y a plus de 10 ans. Bah disons que question construction c’est surtout entretenir le réseau, parce que à force de le monter, le démonter et de le transporter, il y a toujours des choses à réparer et entretenir. ça c’est un peu ce qu’on va faire et on espère que un jour dans notre local on pourra quand même monter une partie du réseau quand on se rencontre le vendredi soir, pour faire circuler nos trains dessus. La longueur du réseau est de 26,5 m. Nous avons pas la place pour le monter dans notre club, bien que nous puissions le monter dans une plus petite configuration par exemple, uniquement la gare de Cabussart que vous voyez ici, mais disons au plus long c’est 26,5 m donc nous sommes bien obligé d’aller en exposition pour pouvoir rouler sur notre réseau. Il est exploité en numérique. C'une centrale Lenz mais dans les locomotives que nous avons construit nous-mêmes nous utilisons les décodeurs Esu.
Malgré ses dimensions importantes, le réseau est monté et démonté en moins de 2h30, mais ces opérations de manutentions mobilisent 6 des 40 membres que comptent le club, qui doivent pouvoir se déplacer en exposition. Les réunions régulières ont lieu le vendredi soir. Elles sont souvent l'occasion d'exposés ou de démonstration ayant pour but de transmettre le savoir faire acquis par certains membres aux autres, en particulier les deux plus jeunes adhérents, qui peuvent compter pour s'entrainer sur un autre réseau, dédié à l'apprentissage. A condition de comprendre le Néerlandais, vous trouverez plus d'informations sur le nouveau site du club à l'adresse www.modelspooratelier.be


Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Echelle 0