Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le CR IIm

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le CR IIm

Transcription :

Pour rencontrer les membres du Club Romand de modélisme ferroviaire à l'échelle IIm le nom complet du Cr IIm, il nous faut nous rendre en Suisse, à Etagnières, dans la région du Gros de Vaud, pas très loin de Lausanne ou se club à été fondé en 1988. Plusieurs membres de l'association étant propriétaires de locomotives à l'échelle 1, mais ne disposant pas de réseau pour les faire rouler, la construction d'un ovale modulaire à double voie à tôt fait d'être entamée dans les locaux du club. Il est inauguré et présenté au public deux ans plus tard, sans aucune décoration dans un premier temps. Depuis, les choses ont bien évoluées comme vous pouvez le remarquer sur ces images. Et même si le plus souvent la priorité des modélistes pratiquant l'échelle 1 est de faire rouler leur train, quitte à ne pas trop attacher d'importance au décor, au Cr IIm on a pris goût à la décoration du grand ovale.

On aime beaucoup rouler, ça c'est clair, mais avoir un réseau où en plus on a de la décoration, quand on regarde nos machines rouler et qu'on a un beau paysage derrière, c'est un plus, on préfère, c'est plus joli. On a pas mal de fonds de décor : des forêts, des châteaux, dernièrement on a ajouté une ? au-dessus d'un tunnel, on a une belle carrière aussi, qu'un membre s'est amusé à faire. Autrement, on a plusieurs projets : on veut faire un pont avec une cascade qui passe dessous, on a aussi un projet pour passer toutes nos voitures et nos wagons sous le réseau, pour qu'on ait plus de rangement, donc on a passablement de petits projets pour l'année à venir.

Vue la taille du matériel, le nombre de locomotives, de wagons et de voitures possédées par les membres du club, le problème du stockage des rames c'est très vite posé. Des voies de garage ont été construites au milieu de l’ovale les rames y sont entreposées. Puis ce fut le tour d'un premier dépôt pour les locomotives, bien vite agrandi et doté d'une rotonde. Sur un autre plateau, des voies de service permettent la mise en chauffe des vapeurs. Il restait à relier tout cela au circuit principal ou se font les circulations, ce qui fut fait grâce à une structure mobile qui peut être déplacée grâce à des roulettes de la zone de stockage à celle du dépôt et permettre ainsi aux modélistes d'aller chercher une machine, puis une rame et enfin d'introduire l'ensemble sur le réseau.

Le pont tournant est très pratique, on met la machine sur le pont tournant, on va chercher nos voitures, nos wagons, selon le désir, et on peut directement partir sur le réseau avec ce fameux pont.

Quand la sonnerie retentit cela signifie précisément que l'aiguille est faite pour permettre aux trains de quitter le circuit en empruntant une voie déviée. Il ne s'agit alors pas d'envoyer un convoi sur cette voie sans s'être assurée que le pont tournant est bien positionné.

Dans le civil, Cyril est mécanicien de métier, mais plus qu'un métier, la mécanique est pour lui une passion.

J'adore la mécanique, les locomotives à vapeur c'est de la pure mécanique. J'aime bien un peu les trains, en passant, donc l'un et l'autre se sont bien mélangés. C'est mon père qui m'a acheté un petit train Märklin, un petit Märklin alpha rouge en Ho, donc ça a commencé autour du sapin de noël ! J'ai fini avec du un peu plus grand. J'ai quelques machines, dont la 232U1 qui a passablement tourné aujourd'hui, sinon j'ai un atelier à la maison, je fabrique aussi mes propres modèles, je suis en train d'essayer de faire la 8 du Lausanne-Echallens-Bercher, j'ai déjà le châssis qui fonctionne à la vapeur et je vais gentiment m'attaquer à la chaudière.

Le Lausanne-Echallens-Bercher est la ligne à voie étroite qui dessert la région du Gros de Vaud, en passant par Etagnières. Si d'autres membres du club assemblent des kits de chez Aster ou Fulgurex, Cyril quand à lui préfère partir de zéro et construire lui-même son matériel.

Là je suis parti en inventant tout moi-même depuis zéro, j'ai copié en gros les proportions de la machine, mais après tout ce qui est mécanique pure à l'intérieur c'est tout moi qui ai dessiné.

Pour ce qui est de la mise en chauffe de l'eau à l'intérieur de la chaudière, trois énergies peuvent être utilisées par les modélistes : l'alcool à brûler, le gaz ou le charbon, dans ce domaine particulier, Cyril a ses préférences.

Je préfère l'alcool à brûler parce que c'est simple à faire brûler. Il y a toujours ce problème du gaz, la peur que ça explose, moi j'ai pas de feeling avec le gaz, et autrement après, le charbon, ça c'est sûr, mais ici dans le local on n'a pas une ventilation assez puissante donc on évite, à part en été quand on peut ouvrir en grand les portes, mais autrement non.

Le réseau sur lequel circule les trains à vapeur vive est un réseau modulaire. Il fut un temps en effet ou le club se déplaçait plus facilement en exposition. Il est constitué d'une trentaine de plateaux de bois, d'une largeur de 50 cm et d'une longueur comprise entre 1m50 et 1m60, ce qui porte les dimensions du ovale à 16 mètres par 8, pour une circonférence de 40 mètres.
La voie a été réalisée avec du profil IIm. A cette échelle, l'écartement est de 45 mm. Pour pousser le réalisme un peu plus loin les courbes ont des entrées paraboliques ce qui permet également une plus grande fluidité de circulation et elles présentent un dévers.

Sur l'un des plateaux situé au centre de la pièce, tout le matériel permettant la mise en chauffe de locomotives dans de bonnes conditions a été mis en place. Grâce à un jeu de miroir, les modélistes et les visiteurs peuvent même surveiller le feu dans la chaudière.

Vous vous souvenez peut-être de Michel, nous l'avions rencontré brièvement dans un précédent numéro d'Aiguillages, à Chitenay, ou il était venu faire tourner l'une de ces machines sur le réseau en voie de 45 mm du Circuit vapeur Denis Papin, et il nous avait parlé de son club d'origine, le Cr IIm et d'une locomotive qu'il avait construit à partir d'un kit Aster. Eh bien dans son club nous y sommes, et la locomotive en question, la voici :

C'est celle-là, j'ai eu beaucoup de problèmes avec, c'était un kit Aster qui a 2500 pièces, je l'ai montée 3 fois. À présent elle est au point.
Qu'est-ce que vous avez rencontré comme difficultés particulières ?
Des problèmes de pièces qui étaient mal usinées, des pièces qui manquaient, j'ai eu beaucoup de problèmes mais disons que cette machine à la base je suis tombé amoureux de cette machine parce qu'il y avait la 241P30 qui était stockée à Vallorbe, qui a pourri sur place. Quand Aster a voulu faire ça j'étais un des premiers à dire que oui, j'aimerais ça. On a attendu 5 ans pour 'lavoir, ils ont fait beaucoup de modifications. À présent, ça fonctionne.

Et ça fonctionne même très bien puisque contrairement aux petites machines, forcément dotées d'une petite chaudière et d'une petite réserve de gaz ou d'alcool, qui ne peuvent rouler que très peu de temps avant de devoir être rechargées en carburant, celle-ci dispose d'une très grande chaudière et d'une réserve de 400 millilitres d'alcool. Résultat, une fois en pression, elle peut partir pour de très longues minutes, voire quelques heures, de roulement sur le réseau sans discontinuer.

Les membres du club se retrouvent chaque lundi en fin de journée pour entretenir le circuit, faire rouler leurs machines, et échanger des conseils. Le 15 de chaque mois, c'est journée portes ouvertes et le public est le bienvenue. L'entrée est gratuite, les deux réseaux sont en exploitation, et la buvette est ouverte et propose une petite restauration. De quoi passer une bonne soirée, entre amis ou en famille et faire découvrir aux plus jeunes la pratique du modélisme ferroviaire.

Merci à jean-Pierre Cerez qui a assuré toute la logistique qui a permis la réalisation de ce reportage et de quelques autres qui ont également été tournés en Suisse, et que vous verrez sur Aiguillages d'ici la fin de la saison 8.

La semaine prochaine, c'est en Belgique que je vous emmènerais. Nous irons visiter le Musée des tramways de Bruxelles et nous circulerons sur les lignes de la STIB, le réseau de transport en commun Bruxellois, à bord de tramways historiques préservés.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Visite de club