Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires
  • Actuellement 439 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 62 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 268 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Le Viaduc de Caronte

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le Viaduc de Caronte

Transcription :

Et ce club, c'est le Rassemblement du Model Club de la Crau, basé à Saint-Martin de Crau. Une association pratiquant toutes les disciplines du modélisme : avions, figurines, bateau, voitures et trains bien sur. C'est d'ailleurs l'activité modélisme ferroviaire qui est à l'origine de la création de l'activité en 1981. Son premier siège sera d'ailleurs installé dans une voiture SNCF de type Dev46. Il est aujourd'hui situé à la maison du modélisme, située tout près de la gare.

Nous voici dans une zone notablement industrielle, puisque les modules de ce réseau nous transportent à Martigues, au bord de l'étang de Berre. L'une de ces extrémités évoque la raffinerie de Lavera et ses embranchements ferroviaires. Un site de 650 hectares tout de même, dédié à la rafinerie du pétrole et à la fabrication de produits chimiques. La gare qui se trouve non loin de là sur le réseau, est l'une des trois desservant la commune de Martigues. Elle fut inauguré en 1915, en pleine première guerre mondiale, et vit par conséquent circuler essentiellement des convois militaires, jusqu'en 1918. Aujourd'hui les opérateurs privés assurant la logistique et l'acheminement de trains de marchandises sur le Réseau Ferré National et sur des sites industriels cotoyent les Ter cadencés mis en place par la SNCF.

Ce petit coin du réseau laisse libre court à la réalisation de manœuvres. Tandis que circulent sur la voie principale des express, pour certains d'une autre époque, les membres de l'association se chargent d'approvisionner la rafinerie en wagons citerne pour le chargement et l'expédition des hydrocarbures.

Ce Ter devra attendre la fin de la libération du tronçon de voie occupé par la manœuvre de ce convoi, pour pouvoir entré en gare.

Ce réseau est la toute dernière production du Rassemblement du Model Club de la Crau, une association qui pratique au niveau ferroviaire, principalement l'échelle Ho, mais qui ne dédaigne pas les autres échelles comme le IIm, le 1/20ème ou le 5 pouces, dans et à l'extérieur de ses locaux.

Rendons-nous maintenant à l'autre extrémité du réseau, là ou les trains quittant la coulisse entre en scène sous les yeux du public, pour mieux observer l'attraction centrale du réseau. Il s'agit de la reproduction du viaduc de Caronte. Celui-ci, sur lequel s'engage ce Ter, mesure près d'un kilomètre de long, et permet de franchir la passe de Caronte reliant l'étang de Berre à la mer Méditérannée, à la hauteur du Golf de Fos. Il s'agit d'un pont treillis en acier, monté sur des piles en maçonnerie.

Mais ce qui en fait la caractéristique la plus originale et la plus intéressante, est sa partie centrale. Constituée d'un bloc de 114 mètres de long, elle est à même de pivoter sur sa pile centrale, afin de libérer le passage aux bateaux ayant un tirant d'air supérieur à 20 mètres. Ce viaduc fut construit entre 1908 et 1915. Dynamité par l'armée allemande en 1945, il fut reconstruit entre 1952 et 1954.

Au pied de la pile centrale, une bien mystérieuse scène de crime. Et même la télévision est sur place. Nous n'en saurons pas plus.

La rotation du pont se déroule en deux étapes. La première consiste à désolidariser les travées mobiles, des travées fixes et la seconde à engager la rotation du pont jusqu’à ce qu’il parcoure un angle de 90° avant d’être arrêté. Après le passage des bateaux, le pont effectue une seconde rotation de 90° pour se refermer et procède au blocage des travées mobiles dans les travées fixes.
Ce système qui a fonctionné sans discontinué durant une 60aine d'année a récemment été modernisé. Il faut tout de même environ 5 minutes pour réaliser une manœuvre complète d'ouverture ou de fermeture de l'ouvrage, celles-ci étant originellement commandées depuis une cabine située au milieu du pont, au-dessus des voies. A noté que malgré cet important obstacle à franchir, l'ouvrage a été construit à double voie.

La construction du viaduc ne fut, on s'en doute, pas une mince affaire. Ce sont pour parti des ouvriers des usines du Creusot qui en eurent la charge. Et parmi les difficultés rencontrées, il y eu celle de trouver un terrain suffisament stable pour faire reposer les piles du pont, en passant au travers de plus de 20 mètres de vase. 11 piliers de pierre soutenant pas loin de 10 000 tonnes de fer. Certains ouvriers étaient amenés à travailler dans des cloches de plongé, enfermés à 25 mètres de profondeur. Les émanations de gaz provenant de la vase, firent de nombreuses victimes.

Inauguré en 1915, dynamité 30 ans plus tard à la fin de la seconde guerre mondiale, le pont tournant de Caronte sera progressivement remplacé par un pont dont le tablier s'élevait horizontalement au dessus de l'eau, pour laisser passer les bateaux. En 1954, il fut reconstruit tel qu'il était dans l'entre deux guerres, et redevint ainsi le plus grand pont tournant ferroviaire du monde.

Sa mécanique n'ayant pas été modifiée depuis 1954, d'importants travaux de réfection ont été réalisés en 2011. Ce sont 4 moteurs électriques qui entraînaient des engrenages pour faire tourner le pont sur des roulement à billes. Ils ont été remplacés, et un automate programmable a été mis en service, pour donner au pont une nouvelle jeunesse.

En 2015, ce vénérable viaduc célèbre ses 100 ans, et c'est un bel hommage que lui rend là, le Rassemblement du Model Club de la Crau. Un tour de force pour les modélistes d'arriver à représenter un tel ouvrage, et de le faire tenir sur un espace somme toute limité. Le positionnement du fond du décor a été défini au centimère près, après le placement du pont tournant. Il y a tout juste la place pour permettre au dispositif de tourner. Cette présentation à Montélirail, était l'une des toutes premières au public, de ce nouveau réseau du club, qui organise chaque année au mois de février, un salon de la maquette et du modélisme. Une occasion de découvrir les autres réseaux à l'échelle Ho du club un ensemble de 45 modules provenant de 4 réseaux différents qui ont été assemblés pour en constituer un seul, dans les locaux occupés par l'association. Un réseau sur lequel peuvent circuler jusqu'à 20 trains simultanément. Le reste du temps, le club est ouvert les mercredi et samedi après-midi, et les membres de la section modélisme ferroviaire se réunissent également le 2ème dimanche du mois.

Un petit passage en coulisse pour vous faire remarquer ces reliures plastiques utilisées pour servir de gaine au fils électriques, et une dernière manœuvre du pont tournant, pour le plaisir, avant de se retrouver la semaine prochaine.

La semaine prochaine dans Aiguillages, un autre très beau réseau, mais à l'échelle 0 celui-ci, je vous présenterais la gare d'Ottrot filmée quand à elle à l'exposition Haut-Doubs Miniatures de Valdahon, dans le Haut-Doubs.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Echelle Ho